Un client de Mega Fitness Gym est bel et bien établi par COVID-19


Le bureau du coroner confirme qu’Etienne Desrochers-Jean, client du Mega Fitness Gym, est bien connu pour la COVID-19 du 19 décembre en avril 2021. éclosion ayant généré plus de 400 cas a québec.

Le coroner n’est toutefois pas en mesure de confirmer que la source de l’infection est bien le Mega Fitness Gym.

La prochaine fois que je rate ce 29 mars. Le 30, il avait fait un test de dépistage et obtenu un résultat positif le lendemain. Il se retire le 5 avril chez son père.

La couronne a été ouverte le 8 avril. A l’époque, le propriétaire de Mega Fitness Gym, Daniel Marino, est la cible de critiques vivantes pour les mesures de précaution sanitaires minimales dans son établissement.

Le Québec reflétera également les effets du poids tridimensionnel et des variantes. Le 30 mars 2021, il a passé en revue 864 nouvelles maisons COVID-19 et il y a plus de dix ans. Au total, 486 personnes sont hospitalisées, et non 126 de leurs unités de soins intensifs.

Le 8 mars, Québec et ses autres régions ont passé le statut de zone rouge à la zone orange, qui est ouverte aux centres du centre-ville, après de longs mois de fermentation. Il faut toutefois respecter une série de mesures, comme le port du masque, le nettoyage réglemente les surfaces et la distance de deux mètres.

Le rapport du coroner sur la descendance de l’ancien combattant

Or, lors d’une inspection au Mega Fitness Gym le 28 mars, la Santé publique avait constaté plusieurs manquements aux règles prescrites alors pour freiner le virus. «Aucun contrôle sur la présence des nuisibles des clients et des roulottes, clients qui sont sous l’emprise de deux maîtres qui leur sont propres et protection individuelle contre le travail individuel sur place», a déclaré l’énuméré Mathieu Boivin, porte-parole au CIUSSS de la Capitale- Nationale en entrevue au Devoir et avril 2021.

Rappelons que Daniel Marino, propriétaire du Mega Fitness Gym, ce retraité décède avant le 3 février. Vous recherchez une personne décédée à la COVID-19. Le rapport de la couronne à ce sujet ne comprend pas cet ordre public. Grâce aux paroles de l’organisme qui indiquent qu’il est « difficile de prouver » le moment de son développement. En moyenne, la durée des travaux d’enquête oscille autour de six mois.

Pour regarder la vidéo





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *