Sports de combat : le fournisseur d’équipements de boxe SportCom se diversifie dans le MMA


Concepteur de rings et d’équipements de boxe depuis quinze ans, SportCom trouve une logique de diversification dans le MMA (« mixed martial arts »). Depuis la légalisation de ce sport de combat, en 2020, cette société nantaise s’est vite engagée dans la conception et la production d’octogones, ces cages grillagées où se pratique cette discipline.

« Le MMA soutinet à lui seul notre croissance », mentionne Jean-René Savary, ancien boxeur et coach, fondateur de cette PME qui avait fourni les anneaux pour les Jeux olympiques de Londres en 2012. L’entreprise poursuit ainsi une croissance annuelle de l ‘ordre de 10 %, hors période Covid, devant porter son chiffre d’affaires à 5 millions d’euros cette année, dont 30 % à l’export, avec le Royaume-Uni et l’Allemagne comme premiers marchés.

Anneaux et cages repliables

L’engouement pour le MMA a en effet supprimé une vague d’équipement dans les clubs de sports de combat, de fitness et dans les salles des collectivités, même si ce dernier marché est plus lent à démarrer. « Depuis cinq ou six ans, les sports de combat font partie de l’offre des clubs de fitness, observe Jean-René Savary. Ces clubs veulent une offre globale dont le MMA, qui est devenu un produit marketing. » L’entreprise ofre aussi son expertise dans l’aménagement d’espaces dans ces clubs, « en 3D, comme les cuisinistes ». SportCom est en particulier connu pour ses anneaux et cages repliables pour de la place.

Dans un environnement technique encore balbutiant, l’équipementier met sur les normes « pour la sécurité, car il s’agit de rassurer sur le plan technique, sans quoi ce sport à quoi faire peur », poursuit Jean-René Savary. L’entrepreneur s’est rapproché de la FMMAF (Fédération française de MMA) pour valider des référentiels, notamment pour les tapis – avec le judo comme référence pour l’amortissement -, le grillage ainsi que les bâches et reupétement de panneaux.

« Nous avons transféré notre savoir-faire », estime Jean-René Savary. SportCom travaille ainsi avec un réseau de partenaires, dont la société parisienne La Soie pour les panneaux ou l’alsacien Schertz pour les grillages. Des entreprises locales de métallerie sont aussi sollicitées. SportCom s’est ainsi désigné pour fournir à la FMMAF des cages de formation et de compétition mais aussi pour leur stockage et leur installation.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *