Mieux vaut réduire le sucre que d’opter pour un substitut, selon 60 millions de consommateurs


  • Actualités
  • Publié le
    mis à jour le


    Conférence 2 min.

    Sucre de coco, stévia, sirop d’agave… Les faux-sucres sont souvent présentés comme une alternative santé. Mais qu’en est-il vraiment ? 60 Millions de consommateurs fait le point dans son nouveau hors-série.

    Pour sucrer une boisson chaude ou un gâteau, les sucres naturels ou édulcorants sont souvent privilégiés. Ils sont résumés plus « sains » que le fameux sucre de table. Mais ce serait une fausse idée selon le magazine 60 Millions de consommateurs, qui a passé au crible les étiquettes de 107 articles.

    Des produits qui entretiennent le goût du sucre

    Dans le cadre de cette vaste enquête, 60 Millions de consommateurs s’est interéssé de près aux sucres « naturels », comme le sirop d’agave, le sucre de coco, le sirop de yacon, ou encore les poudres et les liquides édulcorants – tous résumés « meilleurs » que le sucre de table.

    Or, d’après le magazine, les sucres naturels sont 20 fois plus chers que le sucre de table et bon nombre d’entre eux contiennent beaucoup de fructose – un sucre simple, ou glucide simple, présent principalement dans les fruits et le miel.

    Le problème ? Le fructose est tout aussi calorique que ses cousins ​​sucrés, si ce n’est plus (399 calories aux 100 grammes contre 387 calories pour le sucre roux par exemple).

    Du côté des édulcorants (aspartame, acelfame K, sucralose, sirop de glucose-fructose), le tableau est tout aussi sombre : ils sont en réalité très mauvais pour la santé.

    Les édulcorants perturbent le circuit de récompense

    Les édulcorants entretiennent en effet le « goût du sucre », perturbent le circuit de récompense du cerveau et rendent les consommateurs encore plus accro aux saveurs sucrées.

    Concrètement, lorsque l’on en consomme, le cerveau active le circuit de récompense en pensant qu’il s’agit de sucre. Sauf qu’en réalité, aucun sucre n’est délivré. Le cerveau, frustré, va alors pousser le consommateur à consommer davantage de « sucre » pour obtenir du vrai sucre.

    Autre défaut sérieux : les édulcorants présentent des effets laxatifs peu commodes.

    Un réel problème pour la santé, puisque ces faux-sucres sont présents un peu partout dans les rayons… et nomentamente dans les produits light.

    « Ces substances sont présentes dans de nombreux produits allégés« , confie Sophie Coisne, rédactrice en chef adjointe du magazine 60 Millions de consommateurs.

    L’experte souligne alors qu’il « vaut mieux réduire la dose de sucre de table que d’opter pour un substitut« . Elle recommande également de cuisiner maison et de suivre les recommandations du Plan national nutrition et santé (PNNS).

    Dans certaines circonstances, les édulcorants peuvent être une alternative

    « Certes, l’idéal est de diminuer sa quantité de sucre, plutôt que de prendre des produits édulcorés. Néanmoins, dans certaines circonstances, ces faux-sucres peuvent être une alternative. C’est le cas pour les diabétiques par exemple« , précise Véronique Rousseau, diététicienne à l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (INSEP).




    Source link

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *