L’orthorexie, malheur alimentaire, est encore méconique


  • Nouvelles
  • Publié ,


    Lecture 2 mn.

    Passer plus d’une heure devant les rayons alimentaires pour lire la composition de chaque produit, mâcher longuement ses aliments pour donner l’impression à son cerveau de manger plus … L’orthorexie, ou l’obsession de manger sain, est un problème d’entretien alimentaire, qui peut être développé dans le style de la mode « saine ».

    Pour l’heure, il n’y a pas de consensus scientifique sur l’orthorexie. Les deux positions les plus souvent soutenues cohérentes à la classer soit parmi les troubles du comportement alimentaire (TCA), soit parmi les troubles obsessionnels du comportement.

    L’orthorexie, qui fait aussi l’objet de recherches, sera décidée par un test en deux questions élaboré par Steven Bratman, un médecin américain qui, en 1995, était en difficulté et ne pourra plus vivre.

    « Si le patient a une distinction entre aliments sains et malsains, dont les émotions exponentielles seront disproportionnées par rapport au manque d’aliments malins et qui ont un impact sur la vie, il est probable que l’orthorexie soit présente. »résumé par Alexandre Chapy, psychologue à Montpellier (Hérault).

    La différence entre l’anorexie et l’orthorexie

    L’orthorexie d’un « proximité » avec anorexie, assure-t-il, mais une subsistance différente entre les deux : « Une orthorexie ne permet pas de maigrir »qui est l’objet d’une personne anorexique.

    « Les orthorexiques valorisent moins l’image corporelle esthétique, mais regardent leur corps sous le prisme de leur santé »analysé par Laurence Myr, diététicienne de Fumel (Lot-et-Garonne).

    Plus le souhait d’être en bonne santé, « ils seront au détriment des pesticides et des denrées alimentaires, à mourir d’un cancer »détail Alexandre Chapuy.

    Ils adoptent les régimes des districts alimentaires, qui ne sont pas, dans certains cas, problématiques « tant qu’on n’en souffre pas, qu’on ne s’isole pas et que la santé n’est pas touchée »selon le psychologue.

    Pour Laurence Myr, cependant, les personnes qui suivent des régimes spécifiques en supprimant certaines certies types d’aliments pourraient « être plus enclin à développer des problèmes » aliments.

    « Développement de circonstances extrêmes, en tant que personne orthorexique, source de problèmes sociaux »nourriture pour les pratiquants « saines (saines) prônées sur les réseaux sociaux, qui peuvent créer un basculement » vers le comportement obsessionnel nefaste, ajoute-t-elle. Du fait qu’il existe différents scandales de scandales agroalimentaires, comme la contamination des chocolats ou des chocolats à pizza par des bactéries, « la confiance des consommateurs est très importante ».

    La diététicienne Laurence Myr constate une « Augmentation des patients » certificat d’orthorexie, mais les chiffres officiels sur le problème de ce trouble dans le monde sont inexplicables, le fait du diagnostic diagnostique. Elle note toute la prévalence de la « sportifs, étudiants en santé, diététiciens ou diététiciens »qui travaille dans la vie avec de la nourriture.



    Source link

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *