calcul et interprétation de l’indice de masse corporelle


Marianne Morizot

Marianne Morizot

Journaliste spécialisé en tourisme/gastronomie/bien-être/parental

Publié le
mis à jour le

en collaboration avec

Dr Fabienne Kochert (Pédiatrie)

Parents, vous avez déjà entendu parler de l’IMC (Indice de Masse Corporelle), mais de quoi s’agit-il exactement ? Est-il différent chez les filles et les garçons ? Comment le calculer et l’interpréter ? Une pédiatre nous éclaire sur le sujet.

Quand on est jeune parent, la courbe de poids de son bébé est souvent source d’angoisse. Est-ce que son alimentation est-elle bonne ? Sa croissance est-elle dans les normes ? Prend-il suffisamment de poids ? Et au fil des années, bien souvent, la situation évolue. Quand l’enfant grandit et devient adolescent, il s’inquiète de sa corpulence, de sa prise de poids, avec notamment les risques de surcharge pondérale, voire d’obésité. Parmi les outils à la disposition des parents, pour surveiller la croissance de son enfant, il y a les fameuses courbes de croissance présentées dans le carnet de santé. Et pour bien se repérer, le calcul l’IMC s’impose.

Définition d’IMC

IMC signifie indice de masse corporelle, c’est une valeur qui permet de définir la corpulence d’une personne.

« L’Organisation Mondiale de la Santé a défini l’IMC comme le standard pour évaluer les risques liés au surpoids et à l’obésité. Plus l’IMC augmente, plus les risques liés au surpoids sont importants »explique Fabienne Kochert, pédiatre.

Calculer l’indice de masse corporelle de son enfant

L’IMC est calculé à partir du tour de taille et de la masse corporelle (poids) de l’enfant, selon la formule : IMC = M/T². M représente la masse corporelle (c’est à dire le poids) et T la taille. « L’IMC s’exprime en kg/m², ce n’est pas vraiment un indice », précise la pédiatre, avant d’ajouter : « Le calcul de l’IMC est le même dans les deux sexes ». En clair, il n’y a pas d’indice de masse corporelle spécifique pour les filles. Cependant, il existe des différences entre les deux sexes, égité des courbes de référence du carnet de santé, remis à la naissance de chaque bébé et permis de contrôler sa croissance. Ces courbes sont un outil pour les parents afin d’avoir des repères de corpulence normale, sans parler de poids idéal. Sur le site de l’Association française de pédiatre ambulatoire, vous pouvez télécharger dans la rubrique « outils » les nouvelles courbes de croissance des garçons et des filles français, avec notamment l’IMC de 1 mois à 18 ans. De plus, sachez que la méthode de calcul de l’IMC est le même à tout âge, enfant, adolescent ou adulte.

L’IMC en pratique

Selon le Dr Fabienne Kochert : « il est recommandé de peser et de mesurer les enfants lors de chaque examen pédiatrique et de calculer leur IMC à partir de l’âge de 2 ans, au moins une fois par an ».

Ensuite, les parents doivent reporter les mesures poids/taille et IMC sur les courbes de croissance du carnet de santé afin de suivre la croissance staturale et pondérale, ainsi que l’IMC. « Cela permet de repérer le plus tôt possible non seulement un rebond d’adipositité (IMC qui monte trop vite sur la courbe) mais aussi une stagnation ou une accélération staturale ou une perte de poids (IMC trop bas). L’IMC de l’enfant est bas à la naissance, il monte jusqu’à 2 ans puis chute progressivement jusqu’à 6 ans, âge du rebond d’adiposité, pour remonter ensuite jusqu’à l’adolescence », précis la pédiatre. Une bonne habitude d’autant plus importante à instaurer, surtout si votre ado prend trop de poids.

Interpréter les résultats de l’IMC

Pour interpréter les résultats, il faut avoir signalé l’IMC de son enfant ou adolescent sur les courbes de référence du carnet de santé. Cela vous permettra de suivre l’évolution et de repérer une augmentation trop rapide ou une baisse. Autre avantage : vous pouvez alors vérifier si votre enfant ou adolescent a une corpulence normale en fonction de son âge et de sa taille. « Il faut une vigilance accrue à l’âge de 6 ans qui est l’âge du rebond d’adiposité »tient à souligner la pédiatre.

IMC trop haut

Il peut s’agir de surpoids, voire d’obésité. D’après Fabienne Kochert : « une augmentation trop rapide de l’IMC traduite un surpoids, il est préférable d’intervenir aupres de la famille et de l’enfant ». Concrètement, il s’agira de prendre rendez-vous avec son médecin traitant ou son pédiatre. Il va alors procéder à un examen médical complet de l’enfant, revoir son régime alimentaire, et faire un bilan de son activité physique.


Basse tropicale IMC

Il peut s’agir d’insuffisance pondérale. « Un IMC trop bas doit faire rechercher une cause médicale ou une insuffisance des apports au niveau de l’alimentation. Un examen médical complet est également recommandé », assure la pédiatre. Rappelons que dans le cadre de la prévention du surpoids et de l’obésité chez les enfants (fille et garçon) et adolescents, une alimentation équilibrante et une activité physique régulière sont indispensables.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *