Angoulême : les gros bras de la nutrition sportive


Laurent Cardona, le président de la société, plus connaisseur du courrier de l’arbitre du Top 14, avance les objets en cour de terme. Après les deux boutiques de Bordeaux, « Tours, Poitiers, La Rochelle, Bayonne ou Biarritz » devraient compléter la chaîne d’ici janvier 2023. Deux embauches sont prévues par commerce. Mon annonce « Trent magasins d’ici dix ans ». L’Angoumoisin d’adoroule deroule une carte de France sur Powerpoint. Les crêpes emblématiques des régions de la transversale sud Bretagne-Alpes-Maritimes. « Il débutera dans l’Ouest devant nous. » A 250 000 € d’investissement dans une boutique, les garants ambitionnent les meilleurs résultats du premier magazine. Un code d’entreprise « Multiplié par trois entre mars 2021 et mars 2022 »estime Laurent Cardona, sans donner de somme exacte. « Lors d’une journée contact client »renforce Jonathan, son frère et directeur.

Le corps est comme une batterie. On vient chez moi pour recharger plus vite, c’est tout.

En parallèle, ils sont disponibles sur Internet. «On esté passé deux à vingt commandes par jour», assure Jonathan, qui a illustré le bâtiment sur le terrain de la Fédérale 2 avec l’Union Barbezieux-Jonzac. Pour l’instant, les expéditions sont dans la zone boutique. Plus d’équipement est disponible. Le duo prend l’investissement dans une entrée proche de la RN 10 de 2024.

Les amis sont associés au lancement du magazine en 2020
Les amis sont associés au lancement du magazine en 2020

.

Séduire le grand public

Les rugbymen font partie d’un grand état. Laurent explicite : « Le monde de la nutrition sportive n’est pas organisé, avec des petits commerces » dans une série de variables. « Pour commencer cet événement, vous pourrez vendre les compliments, voir les produits sous le manteau (comme les stéroïdes Ndlr.)en même temps que les conseils de nutrition, coaching sportif, illustre Jonathan, dix ans à la tête de salles de sport dans le Sud. Mais vous ne pouvez rien faire. » Ces travers ont alimenté l’image sulfureuse des compléments alimentaires. Jeux chimiques, artificiels, dansants.

La fraternité a décidé de contre-courant. « Ici tout est carré », vante Jonathan. Les vendeurs sont les entraîneurs des disciplines sportives. « Je veux conseiller sur l’activité du client. » Chaque chambre dispose d’un local et d’un nutritionniste indépendant « Qui n’est pas intéressé par les ventes », insiste Laurent Cardona. Ce client a une vie pauvre, il flirte avec la pratique. « Il ne change pas les buts » souligne Jonathan. La nutrition n’est pas ce que vous mangez et mangez. » Une discipline complexe que les règles salariales ne permettent pas de maîtriser.

L’autre pilier de la succession du successeur réside dans le caractère grand public du magazine. « On ne cible pas la muscu, mais aussi le trail, la course, le vélo, la perte de poids », de Laurent Cardona. Fini le cliché d’un bodybuilder en manque de protéines pour gonflette. « Les gros soutiens-gorge sont ceux du hall, tu peux gérer les pots d’autres compliments », rappelle Jonathan. Je veux ajouter l’image de la nutrition sportive. « Le corps est comme une batterie, il peut être utilisé pour télécharger plus que tout, c’est fini. »

Leur discours engage. « Le sentier de l’Urban Trail, les gens sur les gorges et on demande les tonneaux pour un coup de fouet, ou un compliment pour l’eau. »



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *